( 22 novembre, 2012 )

Etape 3 : La Fortuna – Bijagua

Bonjour à Tous,

A l’endroit où je me trouvais, il n’ y avait pas d’internet, raison pour laquelle je ne pouvais pas vous donner de nouvelles. A côté de l’hôtel où je me situe, il y a un cybercafé où je suis en ce moment..

Lever à 05h00, petit déjeuner à 06H00 et départ sous la pluie vers 07h00. Rien de nouveau.

Etape 3 : La Fortuna - Bijagua 001-la-fortuna-bijagua-20-11-201-300x225

Petit déjeuner très matinal!

1 km plus loin, la première difficulté a été de passer les 2 torrents avec le VTT sur le dos. J’ai failli à plusieurs reprises tomber dans l’eau car je ne voulais pas mouiller mes chaussures de VTT et par conséquent j’ai traversé les 2 torrents pieds nus. Ce n’était pas très confortable car il y avait de nombreuses pierres de petite et grande taille.

Image de prévisualisation YouTube

Comme je faisais partie des premiers à être passés, j’ai donné un coup de main aux autres participants en leur portant leurs vélos. Et ensuite, nous faisions  la chaîne pour passer les vélos.

Je n’ai pas voulu pas mouiller mes chaussures mais l’état de la piste m’a fait vite comprendre que ça ne durerait pas. En effet, il y avait une multitude de flaques d’eau géantes et de nombreux ruisseaux à traverser. Bien évidemment, je prenais la boue dans les flaques d’eau et je me rinçais dans les ruisseaux en profitant aussi de laver mon VTT.

Image de prévisualisation YouTube
003-la-fortuna-bijagua-20-11-201-300x225

Problème d'obturateur à cause de la poussière

Pendant une quarantaine de kilomètres, nous avons suivi cette piste qui longe le lac Arenal. Il avait tellement plu que des flaques d’eaux géantes s’étaient créées et les ruisseaux avaient gonflé. Ca n’a pas arrêté de monter et descendre avec de très fortes déclivités. La piste, à certains moments, était parsemée de cailloux volcaniques dont la forme ressemblait à des billes (due à l’érosion), ce qui rendait le terrain dangereux car très glissant. Raison pour laquelle, je me suis pris 4 chutes dont une avec de belles égratignures.  Ces 40 km ont été très techniques. J’avais bien fait de remplacer mes pneus la veille. Cette partie a été fatigante car on passe son temps debout sur le VTT et sans compter les vibrations qu’on prend dans les bras même si on possède une bonne fourche pneumatique.

Image de prévisualisation YouTube

En revanche, la beauté des paysages me faisait oublier la difficulté.

Image de prévisualisation YouTube

Ironie du sort, j’ai crevé juste avant d’atteindre la route bitumée. Le pneu de mon VTT avait une entaille d’1 cm ce qui a provoqué la crevaison. Le vélo et les pneus ont été mis à rude épreuve.

J’ai remplacé la chambre à air assez rapidement. En la gonflant, j’ai cassé la valve. Heureusement que j’avais une 2ème chambre à air.

Ensuite, j’ai repris la route jusqu’à l’endroit où les organisateurs nous attendaient pour déjeuner.

005-la-fortuna-bijagua-20-11-201-300x225

Le brunch

Voici la vue que j’avais au moment du déjeuner, plutôt le brunch :)

Image de prévisualisation YouTube

Après cette courte pause, j’ai repris la route avec une côte de plus de 17 km et un fort vent latéral. Et ensuite, c’était reparti sur une  piste un peu plus roulante mais pas du tout confortable avec des côtes de 32% ! Je craignais pour une 3ème crevaison sachant que je n’avais plus de chambre à air.

Le paysage a complètement changé. Nous sommes passé de la forêt tropicale à un paysage composé de ranchs et d’agriculture. J’ai rencontré souvent des « cowboys » car si la plupart des français possèdent une voiture, les costaricains ont tous un cheval. Parfois, j’ai croisé des chevaux en liberté.

Les 12 derniers kilomètres se sont terminés sur du bitume mais avec un vent de face très fort.

Arrivé à l’hôtel, j’ai passé le VTT au jet d’eau, ainsi que mes chaussures et mon casque.

Ensuite, je l’ai essuyé et ai remplacé les pneus puisque demain l’étape fera 110 km avec 20 km de piste donc 90 km de route bitumée. Nous nous arrêterons juste avant la frontière pour passer au Nicaragua.

Il y a eu encore de nombreux abandons. C’était l’étape la plus technique du raid.

Le dîner a été servi à 18h00. Ce qui est très tôt pour un français mais on finit par s’y habituer.

Quelques chiffres:

Vitesse moyenne: 15 km/h en prenant en compte les arrêts sauf celui du déjeuner

Vitesse maxi: 65,7 km/h

Distance totale parcourue: 82,5 km

Temps total: 06h41′

Dénivelé positif: 1375 m

Energie dépensée:  5020 Kcal

Rythme cardiaque moyen: 139 soit 76% de ma FC max (182) FC mini: 45

Voici le profil du parcours:

017-la-fortuna-bijagua-20-11-201-300x175
Cliquer sur ce lien pour Google Earth:

Dommage, je n’ai pas le temps de vous raconter l’étape n°4 car le cybercafé ferme dans 5 minutes (21h00)

A demain !

2 Commentaires à “ Etape 3 : La Fortuna – Bijagua ” »

  1. Fatima et gilles dit :

    Coucou c est super de suivre ton avancée avec gilles on se connecte très souvent pour lire tes aventures c est physique!!!!! Bon courage pour les autres épreuves!! Les vidéos ne passent pas toutes. Bisous à ta femme et aux enfants! À demain!!! Fatima et gilles

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

|