( 25 novembre, 2012 )

Etape 6: San Juan Del Sur – Granada

Bonjour à tous,

Idem pour les horaires.

Nous quittons l’océan Pacifique pour regagner le lac Nicaragua.

La première partie était assez plate avec une piste assez roulante. Les beaux paysages  et les situations insolites ont croisé mon chemin.

Passage osé d’un troupeau de vaches

Image de prévisualisation YouTube

Ils nous ont pas attendu pour le covoiturage!

Image de prévisualisation YouTube

Traversée d’un village

Image de prévisualisation YouTube

Des écoliers

Image de prévisualisation YouTube

Après une trentaine de kilomètres de piste,je reviens sur le bitume plus confortable mais la route appelée Panam Highway, aussi large qu’une belle départementale française, est très dangereuse à cause la densité de la circulation et du comportement des chauffards. C’est la route principale qui traverse toute l’Amérique centrale du nord au sud.

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Route ennuyante avec ses lignes droites interminables et de surcroît un vent latéral. Heureusement que j’avais pour paysage le volcan Mombacho.

Etape 6: San Juan Del Sur - Granada 004-san-juan-del-sur-granada-23-11-2012-300x225

Volcan Mombacho

Les 20 derniers kilomètres, j’avais le vent de face.

Arrivée à Granada dans l’hôtel El Club qui est très charmant.

Image de prévisualisation YouTube

 

Quelques chiffres:

Vitesse moyenne: 23 km/h en prenant en compte les arrêts

Vitesse maxi: 54,1 km/h

Distance totale parcourue: 97 km

Temps total: 04h25′

Dénivelé positif: 550 m

Energie dépensée: 3175 Kcal

Rythme cardiaque moyen: 135 soit 73% de ma FC max (182) FC mini: 45

Voici le profil du parcours:

013-san-juan-del-sur-granada-23-11-2012-300x175

 

 

Le parcours sur Google:

fichier zip 2012-11-23 San Juan Del Sur-Granada

A demain!

( 23 novembre, 2012 )

Etape 5 : La Cruz – San Juan Del Sur

Bienvenue au Nicaragua!

Idem pour les horaires.

L a partie jusqu’à la frontière est assez facile. Impressionnante est la file de plus de 3 kilomètres, composée essentiellement de camions.

Image de prévisualisation YouTube

Je passe l’immigration Costa-Ricaine et Nicaraguayenne sans difficultés, à ma grande surprise. Le temps du passage de la frontière a duré une vingtaine de minutes environ. Il a fallu payer 12 US Dollars pour entrer au Nicaragua.

Ensuite, je me rends compte que le fait d’avoir passé la frontière, juste une frontière géographique, la vie n’était plus la même. Le Nicaragua est largement plus pauvre que le Costa Rica. La guerre civile a fait beaucoup de dégâts humain et économique. Le moyen de transport dans les campagnes est la charrue tirée par les bœufs.

Image de prévisualisation YouTube

Dans la campagne, les gens vivent bien car ils ont tout pour vivre : l’agriculture, l’élevage de bovins, ovins et porcins. Les nicaraguayens sont accueillants. Ils disent tous bonjour comme au Costa Rica.

Ayant passé la frontière le premier, le parcours a été semé d’embûches. La première a été la borne kilométrique 142 où je devais tourner à gauche. Je l’ai manquée car une personne occultait cette borne. Le véhicule éclaireur n’était pas encore passé pour mettre en place le ruban rouge indiquant la direction.

Par rapport à mon compteur kilométrique, j’ai trouvé surprenant de ne pas avoir vu cette fameuse borne. J’ai repéré la 140 et j’ai continué avec beaucoup d’optimisme pour trouver la 141. Pas de chance, ce fût la 139. Le calcul est vite fait, j’ai déjà fait 6 kilomètres de trop (aller et retour) !

Ensuite, j’ai repris la bonne route mais j’avais perdu mes repères kilométriques. J’avais des doutes sur la direction à prendre. Je vous rappelle que je roule sans carte et sans GPS. Le GPS que j’ai, est un Polar qui enregistre seulement les données géographiques mais qui ne donne pas la direction à suivre.

3ème handicape, il n’y avait pas ces fameux rubans rouges. J’ai rencontré un nicaraguayen et lui ai demandé la direction à prendre pour aller à San Juan Del Sur. Il m’a indiqué la gauche alors que j’aurais dû aller à droite. Et là ! L’aventure a commencé! Le pire, lorsque je rencontrais un autochtone, il m’indiquait la même direction alors que j’allais en sens opposé de ma destination. Même si je ne parle pas très bien l’espagnol, j’arrivais à me faire comprendre. J’ai grimpé une belle colline (voir sur le profil du parcours au centre du graphique) .

Etape 5 : La Cruz – San Juan Del Sur 001-la-cruz-san-juan-del-sur-22-11-2012-300x225

La fameuse butte

En plus, il faisait très chaud et la montée faisait 32% ! Comme si j’avais besoin de ça ! J’étais perdu en pleine pampa nicaraguayenne.  Je suis passé sur une autre route pour revenir au même endroit où j’aurais dû prendre à droite. Comme dit l’adage  » tous les chemins mènent à Rome ». Oui, mais Rome c’est loin de l’Amérique Centrale :) . Résultat des courses, j’ai parcouru 24 kilomètres en plus, soit au total une trentaine de kilomètres en trop au compteur et dans les jambes !  Ensuite j’ai rencontré la voiture balais qui avait fait demi-tour en s’inquiétant de ne pas me voir. J’ai pu remplir mes gourdes car je n’avais pratiquement plus d’eau. Dans tous les cas, j’ai toujours des tablettes pour purifier l’eau au cas où. Le pire est d’avoir un accident grave et que personne ne vous retrouve. Malgré tout ça, j’ai réussi à rattraper les derniers.

Enfin, je retrouve le bitume et il ne me reste plus que 15 kilomètres à parcourir. L’étape s’est bien terminée et cerise sur le gâteau : l’hôtel est au bord de l’Océan Pacifique.

Image de prévisualisation YouTube

J’ai juste eu le temps de prendre ma douche et soudain coupure de courant. Ici quand il y a coupure de courant, il y a aussi coupure d’eau.

Voici à quoi ressemblait la réception de l’hôtel La Estacion

004-la-cruz-san-juan-del-sur-22-11-2012-300x225

Un champ de vélos!

 

Quelques chiffres:

Vitesse moyenne: 20,5 km/h en prenant en compte les arrêts

Vitesse maxi: 73,1 km/h

Distance totale parcourue: 92,5km au lieu des 60 km prévus

Temps total: 05h18′

Dénivelé positif: 960 m

Energie dépensée: 3674 Kcal

Rythme cardiaque moyen: 133 soit 72% de ma FC max (182) FC mini: 45

Voici le profil du parcours:

 

010-la-cruz-san-juan-del-sur-22-11-2012-300x175

Le parcours sur Google

fichier zip 2012-11-22 La Cruz-San Juan Del Sur

J’ai corrigé les bugs  et rajouté des vidéos sur les différentes étapes. Je suis à jour bien qu’il soit déjà tard (23h20).

A demain!

( 23 novembre, 2012 )

Etape 4 : Bijagua – La Cruz

Bonjour à tous,

Idem pour les horaires. Le début du parcours était assez facile puisque c’était de la descente !

Dommage que je n’ai pas pu filmer cette scène : Un héron a décollé et a volé à une vingtaine de mètres à mes côtés pendant une centaine de mètres. Comme s’ il voulait faire une partie du parcours avec moi. C’était magique !

Etape 4 : Bijagua - La Cruz 001-bijagua-la-cruz-21-11-2012-300x225

Un peu de parcours plat et après le déjeuner (idem des autres étapes : second petit déjeuner car il était 09h30 donc un brunch !) la piste est devenue plus difficile : une grande côte et une mauvaise qualité de revêtement. Ça n’a duré qu’une vingtaine de kilomètres. J’ai failli me prendre une superbe chute car je roulais dans une descente à environ 40 km/h et d’un seul coup je me suis retrouvé dans un champ de pierres. Le VTT n’a pas arrêté de chasser de tous les côtés. Il ne fallait surtout pas que je freine, tant que j’avais de la vitesse, je pouvais me maintenir en équilibre. J’ai réussi à retrouver une partie de la piste plus adéquate pour freiner. J’ai vraiment eu chaud ! Si j’étais tombé, on m’aurait ramassé à la petite cuillère !

002-bijagua-la-cruz-21-11-2012-300x225

Piste rouge

Toujours sur cette piste, j’ai fait la course avec un poids lourd qui transportait des oranges. Ca sentait très bon l’orange lorsqu’il me dépassait. Pour une fois un camion sentait bon. Dans les descentes je le doublais et bien entendu dans les côtes, c’était lui qui me passait devant.

003-bijagua-la-cruz-21-11-2012-300x225

Le fameux camion transportant des oranges

C’était un endroit où on pouvait voir de nombreux champs d’’orangers.

Champ fruits de la passion

Les 20 derniers kilomètres étaient faciles puisque la route était bitumée et j’avais le vent dans le dos.

A mon arrivée à l’hôtel, j’ai eu de la chance d’avoir été accueilli par un coati. C’est une espèce protégée.

Image de prévisualisation YouTube

Voici la vue de l’hôtel

Image de prévisualisation YouTube

Au moment où je vous écris, je suis dans une chaise longue en admirant le paysage avec un magnifique coucher de soleil sur l’océan Pacifique !

Image de prévisualisation YouTube

Voici le repas typique costaricain:

013-bijagua-la-cruz-21-11-2012-300x225

Plat costaricain

 

Les costaricains préparent aussi Noël

014-bijagua-la-cruz-21-11-2012-300x225

Demain, nous passerons la frontière pour nous retrouver au Nicaragua.

Dans tous les cas, le Costa Rica est un très beau pays que je vous conseille de visiter.

Quelques chiffres:

Vitesse moyenne: 23 km/h en prenant en compte les arrêts sauf celui du déjeuner

Vitesse maxi: 71,8 km/h

Distance totale parcourue: 112 km

Temps total: 05h00′

Dénivelé positif: 935 m

Energie dépensée: 3680 Kcal

Rythme cardiaque moyen: 137 soit 74% de ma FC max (182) FC mini: 45

Voici le profil du parcours:

015-bijagua-la-cruz-21-11-2012-300x175

Le parcours sur Google Earth:

fichier zip 2012-11-21 Bijagua-La Cruz

A bientôt,

( 22 novembre, 2012 )

Etape 3 : La Fortuna – Bijagua

Bonjour à Tous,

A l’endroit où je me trouvais, il n’ y avait pas d’internet, raison pour laquelle je ne pouvais pas vous donner de nouvelles. A côté de l’hôtel où je me situe, il y a un cybercafé où je suis en ce moment..

Lever à 05h00, petit déjeuner à 06H00 et départ sous la pluie vers 07h00. Rien de nouveau.

Etape 3 : La Fortuna - Bijagua 001-la-fortuna-bijagua-20-11-201-300x225

Petit déjeuner très matinal!

1 km plus loin, la première difficulté a été de passer les 2 torrents avec le VTT sur le dos. J’ai failli à plusieurs reprises tomber dans l’eau car je ne voulais pas mouiller mes chaussures de VTT et par conséquent j’ai traversé les 2 torrents pieds nus. Ce n’était pas très confortable car il y avait de nombreuses pierres de petite et grande taille.

Image de prévisualisation YouTube

Comme je faisais partie des premiers à être passés, j’ai donné un coup de main aux autres participants en leur portant leurs vélos. Et ensuite, nous faisions  la chaîne pour passer les vélos.

Je n’ai pas voulu pas mouiller mes chaussures mais l’état de la piste m’a fait vite comprendre que ça ne durerait pas. En effet, il y avait une multitude de flaques d’eau géantes et de nombreux ruisseaux à traverser. Bien évidemment, je prenais la boue dans les flaques d’eau et je me rinçais dans les ruisseaux en profitant aussi de laver mon VTT.

Image de prévisualisation YouTube
003-la-fortuna-bijagua-20-11-201-300x225

Problème d'obturateur à cause de la poussière

Pendant une quarantaine de kilomètres, nous avons suivi cette piste qui longe le lac Arenal. Il avait tellement plu que des flaques d’eaux géantes s’étaient créées et les ruisseaux avaient gonflé. Ca n’a pas arrêté de monter et descendre avec de très fortes déclivités. La piste, à certains moments, était parsemée de cailloux volcaniques dont la forme ressemblait à des billes (due à l’érosion), ce qui rendait le terrain dangereux car très glissant. Raison pour laquelle, je me suis pris 4 chutes dont une avec de belles égratignures.  Ces 40 km ont été très techniques. J’avais bien fait de remplacer mes pneus la veille. Cette partie a été fatigante car on passe son temps debout sur le VTT et sans compter les vibrations qu’on prend dans les bras même si on possède une bonne fourche pneumatique.

Image de prévisualisation YouTube

En revanche, la beauté des paysages me faisait oublier la difficulté.

Image de prévisualisation YouTube

Ironie du sort, j’ai crevé juste avant d’atteindre la route bitumée. Le pneu de mon VTT avait une entaille d’1 cm ce qui a provoqué la crevaison. Le vélo et les pneus ont été mis à rude épreuve.

J’ai remplacé la chambre à air assez rapidement. En la gonflant, j’ai cassé la valve. Heureusement que j’avais une 2ème chambre à air.

Ensuite, j’ai repris la route jusqu’à l’endroit où les organisateurs nous attendaient pour déjeuner.

005-la-fortuna-bijagua-20-11-201-300x225

Le brunch

Voici la vue que j’avais au moment du déjeuner, plutôt le brunch :)

Image de prévisualisation YouTube

Après cette courte pause, j’ai repris la route avec une côte de plus de 17 km et un fort vent latéral. Et ensuite, c’était reparti sur une  piste un peu plus roulante mais pas du tout confortable avec des côtes de 32% ! Je craignais pour une 3ème crevaison sachant que je n’avais plus de chambre à air.

Le paysage a complètement changé. Nous sommes passé de la forêt tropicale à un paysage composé de ranchs et d’agriculture. J’ai rencontré souvent des « cowboys » car si la plupart des français possèdent une voiture, les costaricains ont tous un cheval. Parfois, j’ai croisé des chevaux en liberté.

Les 12 derniers kilomètres se sont terminés sur du bitume mais avec un vent de face très fort.

Arrivé à l’hôtel, j’ai passé le VTT au jet d’eau, ainsi que mes chaussures et mon casque.

Ensuite, je l’ai essuyé et ai remplacé les pneus puisque demain l’étape fera 110 km avec 20 km de piste donc 90 km de route bitumée. Nous nous arrêterons juste avant la frontière pour passer au Nicaragua.

Il y a eu encore de nombreux abandons. C’était l’étape la plus technique du raid.

Le dîner a été servi à 18h00. Ce qui est très tôt pour un français mais on finit par s’y habituer.

Quelques chiffres:

Vitesse moyenne: 15 km/h en prenant en compte les arrêts sauf celui du déjeuner

Vitesse maxi: 65,7 km/h

Distance totale parcourue: 82,5 km

Temps total: 06h41′

Dénivelé positif: 1375 m

Energie dépensée:  5020 Kcal

Rythme cardiaque moyen: 139 soit 76% de ma FC max (182) FC mini: 45

Voici le profil du parcours:

017-la-fortuna-bijagua-20-11-201-300x175
Cliquer sur ce lien pour Google Earth:

Dommage, je n’ai pas le temps de vous raconter l’étape n°4 car le cybercafé ferme dans 5 minutes (21h00)

A demain !

( 20 novembre, 2012 )

La Fortuna: Tyrolienne géante

Bonjour à tous,

Aujourd’hui étant un jour de récupération, je me suis levé vers 07h30. Une grasse matinée comparée au réveil de 05h00!

Après le petit déjeuner, j’ai nettoyé et vérifié  mon VTT. J’ai remplacé les pneus mixtes par des tout terrain car demain sera une étape très difficile dont les 3/4 du parcours seront constitués par de la piste. Il y aura des rivières à traverser et des côtes extrêmement raides sur fond de gravier.

La Fortuna: Tyrolienne géante img_0916-300x225

Pneus mixtes versus pneus tout terrain

Juste après le déjeuner, je me suis rendu à la tyrolienne géante avec une partie du groupe. C’était super!

004-la-fortuna-20-11-2012-300x225

Volcan Arenal

Nous avons pris le téléphérique pour rejoindre le sommet de la montagne (1000 m d’altitude) et ensuite nous avons descendu cette dernière en 5 tronçons. Le tronçon le plus long faisait 600 m. Vue sur sur le volcan et le lac Arenal pendant la descente, en passant au-dessus la forêt tropicale, c’était absolument génial!

J’ai filmé 3 d’entre eux pour vous donner une petite idée de ce que cela représente.

En revanche, ce n’était pas très facile de filmer d’une main

Image de prévisualisation YouTube

Et une 2ème

Image de prévisualisation YouTube

et une dernière

Image de prévisualisation YouTube

Je vous enverrai la dernière vidéo plus tard car la vitesse d’internet de l’hôtel où nous nous trouvons est trop faible. J’ai mis presque 2 heures pour télécharger une vidéo de  41 secondes. En France on ne se rend plus compte de la chance  d’avoir du haut débit.

A demain!

 

( 18 novembre, 2012 )

Etape 2: Aguas Zarcas – La Fortuna

Bonjour à tous,

Comme tous les matins, réveil à 05h00. Il avait plu toute la nuit. Mais ce matin, la pluie s’était arrêtée, seulement un ciel couvert mais non menaçant. Idem 05h40, nous chargions nos sacs et 06h00 petit déjeuner copieux. Aucune courbature à déplorer, bien au contraire, j’avais la pêche !

Départ 06h30, les premiers 30 km super faciles puisque c’était de la descente et du plat. J’ai bien apprécié ce départ matinal avec le chant des oiseaux et des insectes tropicaux. Il faisait une température idéale (environ 20°c).

Je traversais les champs de canne à sucre et de papaye. De loin, j’apercevais la chaîne de montagnes et le volcan Arenal.

Etape 2: Aguas Zarcas - La Fortuna 003-aguas-zarcas-la-fortuna-18-11-2012-300x225

Chaîne de montagnes avec le volcan Arenal

Le volcan Arenal n »est plus en activité depuis 2 ans.

007-aguas-zarcas-la-fortuna-18-11-2012-300x225

Volcan Arenal

 

Image de prévisualisation YouTube

De temps en temps, je passais au-dessus de belles rivières.

Image de prévisualisation YouTube

Ensuite, un peu de montées, ça ne fait pas de mal :) .

Traversée de La Fortuna où se déroulait une course à pied:

Image de prévisualisation YouTube

Route tropicale:

Image de prévisualisation YouTube

Après le déjeuner,  plutôt le second petit déjeuner car nous étions en milieu de matinée, la route bitumée s’est transformée en piste parsemée de cailloux. Pas du tout confortable car j’avais des pneus mixtes. J’ai fait le choix de ne pas monter des pneus tout terrain car il n’y avait que 15 km à parcourir sur les 76 km. En revanche, la fourche pneumatique de mon VTT était efficace.

Pas simple de filmer d’une main!

Image de prévisualisation YouTube

J’ai fait tout le parcours en solo en croyant  qu’un des participants viendrait me rejoindre.

Le site de la Fortuna est vraiment très joli,  surtout avec du beau temps :) . Les Costa Ricains sont sympas et discrets. On ne se sent pas en danger dans ce pays.

Arrivé à l’hôtel, je donne un coup de main aux organisateurs pour décharger les bagages  du van. Ensuite, direction la douche, froide une fois de plus, mais tellement vivifiante ! L’hôtel est au pied du lac Arenal.

010-aguas-zarcas-la-fortuna-18-11-2012-300x225

Le lac Arenal

L’hôtel Rancho Margot, perdu dans la nature, est très sympa. Et maintenant je vais profiter de l’après-midi dans ce milieu paradisiaque!

011-aguas-zarcas-la-fortuna-18-11-2012-300x225

Hôtel Rancho Margo

 

Quelques chiffres:

Vitesse moyenne: 21,6 km/h en prenant en compte les arrêts sauf celui du déjeuner

Vitesse maxi: 70,1 km/h

Distance totale parcourue: 77 km

Temps total: 03h48′

Dénivelé positif: 730 m

Energie dépensée:  2903 Kcal

Rythme cardiaque moyen: 140 soit 76% de ma FC max (182) FC mini: 45

Voici le profil du parcours:

016-aguas-zarcas-la-fortuna-18-11-2012-300x175

Profil parcours

Cliquez ici pour voir le parcours sur Google Earth (n’oubliez pas de dézipper le fichier):

fichier zip 2012-11-18 Aguas Zarcas – La Fortuna

Demain est un jour de récupération qui me permettra de visiter ce bel endroit.

A bientôt !

Eric

( 18 novembre, 2012 )

Etape 1: San José – Aguas Zarcas

Bonjour à tous d’Aguas Zarcas,

Je vous avais dit que nous rentrions en période séche. J’aurais dû me taire!

Réveillé  à 05h00, je regarde par la fenêtre: il pleut des cordes! je me prépare et dépose mon sac de voyage dans le van de l’organisation.  Ensuite, je prends un petit déjeuner copieux.

Le départ est  donné vers 07h00. La pluie vient de se calmer. Nous devons rester groupés pour sortir de San José sur une distance d’environ 17 km. Le rythme est très cool et cette partie est facile.

Etape 1: San José - Aguas Zarcas 003-san-jose-agua-zarcas-17-11-2012-300x225

Départ de l'hôtel à San José

La seconde partie est déjà  plus difficile puisque nous attaquons le col du volcan Poàs, les côtes ont une forte déclivité et sont interminables. Pendant le parcours nous nous sommes tous dispersés . Pour le moment, nous avons un temps ensoleillé .

La météo se dégrade aux environs du km 30, et je peux vous assurer que  nous avons pris une douche carabinée. Nous avons des pluies diluviennes. Je suis trempé jusqu’aux os. Mes doigts commencent à geler et mes pieds trempent dans l’eau qui s’est infiltrée dans mes chaussures. Non seulement, c’est le déluge mais en plus nous avons un vent fort de face!  Je fais 4 km en plus car j’ai oublié de tourner à un moment donné. Ce n’est pas assez difficile! :) Je roule sans carte et sans GPS seulement avec les indications données par les organisateurs.

Au km 40, je prends mon déjeuner avec un hollandais sous le vent et la pluie  à plus de 2000 m d’altitude (photo ci-dessous).

004-san-jose-agua-zarcas-17-11-2012-300x225

Super déjeuner sous le vent et la pluie à 2000 m d'altitude

Et je l’ai pris en 10 minutes car je n’avais pas de coupe vent. Par conséquent, je ne veux pas me refroidir. Au  km 45, enfin un peu de descente, mais j’ai vite déchanté. Non seulement j’ai de la buée  et de l’eau sur mes lunettes mais en plus la route est complètement défoncée. Il faut avoir de bons pneus et de bons freins, et surtout ne pas rater les virages. D »autres dangers nous guettent: des chiens qui coupent la route et des camions qui viennent nous frôler en nous doublant. Sans compter les véhicules qui coupent les virages.  Il faut être très vigilant pour éviter de terminer comme un insecte éclaté sur un pare-brise.

Pour vous donner une idée des intempéries (et encore ce n’était pas les plus violentes du moment), j’en ai profité pour filmer la cascade la Paz:

Image de prévisualisation YouTube

 

Je n’ai pas pris beaucoup de photos car mon appareil n’est pas étanche. Dommage, car il y avait de beaux paysages gâchés par ce mauvais temps. Je regrette presque de ne pas avoir acheté une caméra étanche que l’on fixe sur le casque.

006-san-jose-agua-zarcas-17-11-2012-300x225

Paysage costa ricain

J’ai parcouru presque la moitié du trajet en solo.

Nous sommes partis à 26 et nous sommes arrivés à 12. Plus de la moitié a abandonné à cause de la fatigue et de la pluie violente. Malheureusement, ils ne feront pas partis des EFI (Each Fucking Inch). C’est une reconnaissance des coureurs qui ont fini 100% des étapes du raid.

En cliquant sur ce lien vous verrez le parcours sur Google Earth enregistré par le GPS de mon Polar:

fichier zip 2012-11-17 San José – Aguas Zarcas

A mon arrivée à l’hôtel, direction la douche (qui était froide! Panne d’eau chaude) et ensuite essuyage du vélo qui était super bien lavée (bizarre!) et enfin lubrification de la chaîne. Les propriétaires de l’hôtel étaient très sympas car ils nous avaient mis à disposition leurs lave-linge et sèche linge. Le dîner était excellent et copieux.

 

Quelques chiffres:

Vitesse moyenne: 19 km/h en prenant en compte les arrêts sauf celui du déjeuner

Vitesse maxi 65,1 km/h

Distance totale parcourue: 96 km

Temps total: 05h55

Energie dépensée: 4696′Kcal

Dénivelé positif: 2600 m

Rythme cardiaque moyen: 145 soit 78% de ma FC max (182) FC mini: 45

Voici le profil du parcours:

Coupé en 3 car j’ai fait 2 mauvaises manipulations avec mon Polar.

relief-1-300x175relief-2-300x175relief-3-300x175

Prochaine étape: La Fortuna: 72 km

Il est 23h30 et je dois me lever à 05h00

A bientôt,

( 17 novembre, 2012 )

Enfin le départ!

Bonjour à tous!

Le Costa Rica rentre en période sèche: beau temps avec moins d’humidité

Aujourd’hui, j’ai rencontré tous les participants qui viennent d’Allemagne, Hollande, Canada, Afrique du Sud et des Etats Unis. Je serai le seul français.

Nous serons 21 au départ.

Enfin le départ! 012-costa-rica-san-jose-15-11-2012-300x225

Vue sur San José

Nous quitterons San José demain matin à 07h00 (lever à 05h00) pour rejoindre Aguas Zarcas. L’étape fera 94 km dont une côte d’une vingtaine de kilomètres.

Quelques informations sur le Costa Rica:

cs-lgflag-1-300x189

Drapeau

Capital: San José

Nombre d’habitants: 4,6 millions

Surperficie: 51 100 km²

Point culminant: 3810 m

Indépendance (Espagne):  15 septembre 1821

Langue: Espagnol

Monnaie: Colones

Economie: tourisme, exportation de bananes, café, sucre,, ananas, café, melons, plantes ornementales, viande bovine, fruits de mer; composants électroniques, équipement médical.

cs-map

Carte

A bientôt

( 16 novembre, 2012 )

Eric Beurton en Amérique Centrale

Bonjour à tous,

Tout d’abord, je tenais à vous remercier pour vos encouragements.

Tout va bien. ! Je suis arrivé mercredi  vers 21h00 à San José (heure locale) soit  jeudi à 04h00 du matin pour Paris.

Vol Paris-Atlanta-San José

Parti de chez moi à 05h30, croyant éviter les bouchons parisiens, ce fût râté. Heureusement que j’avais prévu large. En l’espace de 10 ans le nombre de voyageurs a énormément augmenté provoquant des bouchons sur l’A1 pour rejoindre l’aéroport de Paris Charles de Gaulle.

Ensuite les problèmes se sont accumulés car mon VTT n’était pas enregistré dans leur système, j’ai dû payer  le transport.

De surcroît, j’ai dû alléger le carton de transport du VTT car le poids était de 33 kg au lieu de 25 kg. Il y a une dizaine d’années, je passais avec des valises de 50 kg lorsque j’étais formateur technique. J’ai dû encore payer un excédent de bagage car les affaires étaient emballées dans un carton et non dans une valise. Surtout, je n’avais plus de temps pour faire du shopping afin d’acheter une valise. Certains d’entre vous connaissent mes problèmes de valises d’antan. Ce n’est pas tout, car la compagnie aérienne m’avait confirmé que je devais récupérer mon VTT et mon colis à Atlanta (USA). En effet, j’ai récupéré mon VTT mais mon colis a continué sa route sans moi. Le plus drôle (après coup) la compagnie américaine voulait me refaire payer le transport de mon VTT . J’ai dû négocier dur même avec le reçu de l’excédent de bagage réglé à Paris.  Le principal est d’avoir pu récupérer toutes mes affaires à San José. La valeur du VTT a failli être dépassée par le coût du transport!

Je n’ai pas vu les 14 heures de vol car j’ai dormi tout le long du voyage. Normal après avoir passé une nuit blanche pour stopper une fuite d’eau dans ma cuisine et terminer les dossiers professionnels en cours, plus les 2 dernières nuits où je n’ai dormi que 4 heures à chaque fois. Si je calcule bien, ça fait 8 heures de sommeil en 72 heures!

J’ai rencontré à l’arrivée de l’aéroport les 2 hollandais. Je ne pouvais les rater car nous avions les 3 vélos dans leur emballage respectif côte à côte. Nous avons pris le même taxi avec la difficulté de faire rentrer les 3 vélos dans un minivan Hyundai. Avec un Renault Espace, il n’y aurait eu aucun problème! Les hollandais se sont fait pardonner (rappelez-vous des tulipes!) en m’offrant le taxi :) .

Eric Beurton en Amérique Centrale 003-costa-rica-san-jose-15-11-2012-300x225

Hôtel Aranjuez

En arrivant à l’hôtel, première action: remonter le VTT, le nettoyer, le graisser et resserrer toutes les vis. S’assurer que rien ne manque. Avoir du matériel en bon état de fonctionner est ma survie, appris quand je faisais mon service militaire.

008-costa-rica-san-jose-15-11-2012-300x225

Voici la machine de guerre montée dans sa finalité

Je me suis couché après une douche bien méritée vers 02h00 du matin (heure locale) et me suis levé vers 08h00. J’ai pris un super petit déjeuner alors qu’en temps normal je n’arrive qu’à avaler un verre de jus d’orange et un verre de lait.

Petit déjeuner tropical

Petit déjeuner tropical

Pendant le petit déjeuner, j’ai rencontré un couple de français avec lequel je me suis baladé dans le centre ville de San José.  Nous avons visité le musée de Jade. Très intéressant, surtout pour améliorer sa culture concernant les mayas.

005-costa-rica-san-jose-15-11-2012-300x225

Musée de Jade

Je suis ignorant sur l’histoire des Mayas. En fait, nous ne connaissons que les grandes lignes: société évoluée en avance sur leur temps. Nous sommes toujours à la recherche de cette fameuse « Cité d’Or ». Et puis c’est tout! Ils sont d’origine asiatique comme tous les amérindiens. Pendant la période glaciaire, les hommes ont pu traverser le détroit de Béring à pied pour rejoindre le continent américain. Ils ont traversé le continent américain du nord au sud et je remonterai leur histoire du sud en remontant vers le nord.

Ca me fait toujours sourire quand les livres d’histoire racontent que Christophe Colomb a découvert les Amériques. On aurait pu écrire: a redécouvert!

San José est une ville côtoyant de beaux bâtiments coloniaux et des bâtiments de fortune.

004-costa-rica-san-jose-15-11-2012-300x225

Rue de San José

007-costa-rica-san-jose-15-11-2012-300x225

Maison coloniale (embassade mexicaine) de San José

A bientôt!

( 31 octobre, 2012 )

Bienvenue à tous sur mon blog Ruta Maya!

Bonjour à tous!

Je sais que certains l’attendaient depuis longtemps! Un clin d’oeil pour ceux qui se reconnaîtront.

Aucune censure sur mon blog bien entendu :)

L’objectif de ce blog est de vous faire partager et découvrir mon voyage en VTT à travers l’Amérique Centrale, d’une durée de 5 semaines au total avec la préparation et les transports inclus.

La course en VTT durera 4 semaines pour couvrir 2300 km soit en moyenne 90 km/jour.

Nous traverserons 5 pays: Costa Rica, Nicaragua, Honduras, Guatemala et Belize.

Vous pourrez, si vous le souhaitez, me laisser des messages sur ce blog en cliquant sur « Poster un commentaire » à côté des icônes Facebook, Google+ et Twitter.

Voici le lien du site pour plus de détails: http://www.tourdafrique.com/tours/doomsday

Et le lien concernant la nationalité et le profil des participants:

http://www.tourdafrique.com/tours/doomsday/rider-profiles

 

Bienvenue à tous sur mon blog Ruta Maya! capture1-300x248

Ruta Maya

Le départ est très proche puisque je prendrai l’avion pour San José (Costa Rica) via Atlanta (USA) le mercredi 14 novembre 2012.

Nous partirons de San José le 17 novembre et nous arriverons au Belize le 21 décembre, le jour de la fin du monde à laquelle je ne crois pas du tout.

Naturellement, il y aura une fin du monde lorsque le soleil aura brûlé tout son carburant, c’est à dire dans environ 5 milliards d’années, sans compter une collision malheureuse avec une météorite. Entre temps, les catastrophes naturelles, les guerres et les dangers potentiels du cosmos nous guettent.

Artificiellement, l’être humain a tout à fait les capacités, à n’importe quel moment, de faire sauter notre belle planète bleue.

 

Pourquoi me lancer dans cette aventure?

Tout d’abord, j’adore relever les défis!

 

Un petit retour sur mon passé pour mieux comprendre: J’ai commencé à faire du sport vers l’âge de 7 ans à l’occasion d’un cross, époque où nous pouvions participer à n’importe quelle course et à n’importe quel âge. J’ai couru mon premier Paris-Versailles à l’âge de 13 ans. Aujourd’hui, il faut avoir 18 ans minimum et posséder un certificat médical de moins d’1 an.

Ensuite, j’ai fait de l’athlétisme en compétition pendant une dizaine d’années (1981-1994). Mes disciplines préférées étaient les 400 m (meilleur temps en catégorie junior 54 s), 800 m, lancers de poids, disque et javelot.

00346-paris-versailles-septembre-1995-190x300

Paris-Versailles Septembre 1995

Paradoxalement, peut-être avec l’âge, je me suis dirigé vers les semi-marathons (meilleur temps semi-marathon de Bordeaux 01h27′) et marathons (meilleur temps marathon de Stockholm 03h27′). En 1995, Le marathon de Paris a été le premier des 38 que j’ai avalés. Une vraie boulimie, puisque j’en fais 4 par an depuis quelques années.

Mon objectif: courir tous les marathons des capitales européennes et au moins 1 des 6 continents (antarctique inclus). Après avoir atteint cet objectif, je m’arrêterai de courir les marathons lorsque j’aurai atteint les 100 au compteur. A ce rythme, il me faudra un peu plus de 15 ans pour réaliser les 62 marathons restants. 

Pour les plus curieux, cliquez sur ce lien pour connaître la liste des marathons courus et à venir: Marathons EB

014-embrunman-gap-15-08-2006-225x300

Embrunman Gap 15-08-2006

Pendant 10 ans (1997-2006), j’ai fait du triathlon. Sport très chronophage et difficulté de s’entraîner sur les 3 disciplines en même temps. J’ai réalisé un de mes rêves: terminer le triathlon d’Embrun. Ce célèbre Ironman (Embrunman) 3.8 km de natation, 188 km de vélo (5 cols à franchir dont l’Izoard à 2300 m d’altitude), 42.2 km de course à pied. Temps personnel 14h56’ au total.

008-triathlon-st-laurent-de-nouan-07-05-2006-300x225

Triathlon St Laurent de Nouan 07-05-2006

Et bien entendu, je me suis lancé sur les ultra-marathons et des courses de vélo longues distances:

  • Two Ocean marathon (Afrique du Sud-Cape Town) : 56 km
  • Comrades (Afrique du Sud-Durban) : 89 km
  • Cyclisme 109 km Cape Argus (Afrique du Sud-Cape Town)
  • Cyclisme 111 km Tour de Gold (Afrique du Sud-Johannesburg)
  • Cyclisme 173 km Pau-Mourenx (Etape du tour de France)
  • Cyclisme 191 km Gap-Alpes d’Huez (Etape du tour de France)
  • Cyclisme 214 km Strasbourg-Ballon d’Alsace (Etape du tour de France)
001-two-ocean-marathon-avril-2004-211x300

Two Ocean Marathon Avril 2004

003-etape-de-legende-ballons-dalsace-strasbourg-23-09-2007-201x300

Ballons d'Alsace Strasbourg 23-09-2007

Pour terminer, j’ai participé avec l’ESR (Entente Sportive Renault) à la course du Coeur (don d’organes) Paris-Courchevel en relais. Belle aventure humaine…

035-course-du-coeur-mars-2007-300x225

Course du Coeur Mars 2007

 Voilà l’essentiel pour la biographie sportive.

 

La course à pied est ma passion mais cela ne m’empêche pas pour autant d’exercer d’autres activités sportives.

De l’altitude à la profondeur…

J’ai commencé à piloter en 2003 en Afrique du Sud sur Cessna C150 et C172 à l’aéroport de Lanseria. J’ai passé mon PPL (Private Pilot Licence) en France à Toussus le Noble en 2006 sur Robin DR 400. En ce moment, je pilote à l’aéroclub Renault situé sur l’aérodrome de Chavenay. Ceux qui souhaitent faire un baptême de l’air, n’hésitez pas à me contacter!

017-we-mairey-07-and-08-juillet-2012-300x225

Robin DR 400 160 CV

Chute libre (1997 à 2006): C’est un sport que j’ai vraiment apprécié. Je me suis arrêté au brevet B2 (vol relatif). J’ai sauté à Vannes, La Ferté Gaucher, Strasbourg, Orléans, Pau, Bouloc, Chambéry, Le Luc, Gap, Soulac, Châlon sur Saône, Propriano (Corse), Saint Denis (La Réunion), Cayenne (Guyane Française), La Foa (Nouvelle Calédonie), Sydney (Australie), Witbank, Pretoria et Cape Town (Afrique du Sud).

Citation du chuteur: « Seuls les parachutistes comprennent pour quelle raison les oiseaux chantent »

Je vous encourage à faire un saut en tandem. Vous verrez, c’est un moment inoubliable dans sa vie!

Vidéo tournée à Bouloc (France):

Image de prévisualisation YouTube

006-chute-libre-100-saut-afrique-du-sud-mai-2004-300x225

Chute libre 100° saut Afrique du Sud Mai 2004

En 1993-1994, j’ai effectué mon service militaire à Bayonne au 1er RPIMa  (1er Régiment Parachutiste d’Infanterie de Marine). J’ai pu sauter des Transall Hercule et hélicoptère Puma.

00405-service-militaire-bayonne-1993-1994-218x300

Service Militaire Bayonne 1993-1994

Sensation garantie!

01356-annecy-aout-2004-300x225

Annecy Deltaplane en tandem Août 2004

Saut à l’élastique: j’ai sauté en Normandie (La Souleuvre), à la frontière Zambie-Zimbabwe et en Afrique du Sud à Port Elisabeth (le plus haut du monde: 216 m) vidéo ci-dessous:

Image de prévisualisation YouTube

002-saut-a-lelastique-la-souleuvre-avril-2000-223x300

Saut à l'élastique La Souleuvre Avril 2000

Ascension du Kilimanjaro en Tanzanie (5900 m d’altitude) en février 2002

01235-tanzanie-kilimanjaro-fevrier-2004-300x226

Tanzanie Kilimanjaro Février 2004

Un peu de glisse!

00389-service-militaire-bayonne-1993-1994-300x200

Ski dans les Pyrénées

00949-la-plagne-mars-1999-200x300

Ski de vitesse 114 km/h La Plagne Mars 1999

Stage de Formule Renault au Mans (circuit Bugatti)

00357-formule-renault-le-mans-juillet-1996-300x200

Formule Renault Le Mans Juillet 1996

Stage Renault Clio Cup à Dreux

01403-challenge-apv-renault-octobre-2004-300x225

Dreux Octobre 2004

Ma 600 Hornet que j’ai troquée pour un beau VTT!

004-embrunman-gap-15-08-2006-300x225

Honda 600 Hornet

C’est un moyen de locomotion un peu moins rapide mais agréable.

00634-afrique-du-sud-fevrier-1999-200x300

Equitation à Cape Town (Afrique du Sud)

Il y a aussi le modèle au-dessus:

01256-zambie-fevrier-2004-300x226

Zambie Février 2004

Quad sur les plages sénégalaises

01100-senegal-mai-2003-300x226

Sénégal Mai 2003

Un grand quad!

01076-mauritanie-mai-2003-300x226

Mauritanie Mai 2003

Sports d’eau

00931-saint-pe-de-bigorre-aout-1998-217x300

Canyoning dans les Pyrénées

00924-saint-pe-de-bigorre-aout-1998-212x300

Kayak Saint Pé de Bigorre Août 1998

00923-saint-pe-de-bigorre-aout-1998-300x212

00301-australie-decembre-2000-janvier-2001-300x248

Rafting en Australie Décembre 2000

005-ile-maurice-aout-2002-300x202

Ski nautique Ile Maurice Août 2002

064-ile-maurice-aout-2002-196x300

Hobie Cat Ile Maurice Août 2002

00958-lacanau-aout-1998-300x200

Scooter des Mers

Vous pouvez me croiser dans le Golfe du Morbihan à bord d’un Merry Fischer de location. J’ai mon permis côtier et hauturier, ainsi que mon permis fluvial.

051-kerjouano-aout-2010-300x238

Allons voir sous l’eau!

Je n’ai que le niveau 1 en plongée mais largement suffisant pour se balader.

J’ai eu de la chance d’explorer les fonds marins du Sénégal, Australie, Afrique du Sud, République Dominicaine, Nouvelle-Calédonie, Egypte, Polynésie Française (Mooréa), Les Seychelles, Ile Maurice, Les Maldives, Thailande, Martinique, La Réunion, Corse et France.

C’est une belle vidéo tournée aux Maldives. Dommage qu’elle ne soit pas en HD. Le meilleur moment est à la 13’50 s:

Image de prévisualisation YouTube

 

00707-nouvelle-caledonie-novembre-2000-300x200

Nouvelle Calédonie Novembre 2000

Au centre de la Terre…

00926-saint-pe-de-bigorre-aout-1998-300x217

Spéléologie

Divers

00206-maurice-aout-2002-300x202

Tir à l'arc

01351-annecy-aout-2004-300x225

Trempoline

01295-afrique-du-sud-fevrier-2004-300x226

Afrique du Sud Février 2004

 

A très bientôt!

 

1234
« Page Précédente
|